Vague de chaleur en Europe : les chaudières au mazout et au gaz participent au réchauffement

3. août 2018

L'Europe entière souffre sous l'effet d'une vague de chaleur et d'une vague de sécheresse qui, une fois de plus, surpasse tous les records précédents. Lentement, même les sceptiques commencent à comprendre que ce n'est pas une coïncidence, mais un avertissement clair de la catastrophe climatique à venir. Cependant, même ces jours-ci, les systèmes de chauffage au mazout et au gaz continuent de bourdonner dans les caves et contribuent au réchauffement de la planète. Ils produisent de l'eau chaude.

En 2016, 35 % de l'eau chaude sanitaire était produite avec du mazout et 23 % avec du gaz naturel[1]. Sur un an, cela correspond à une consommation de 5,1 milliards de kilowattheures et à des émissions de CO2 d'environ 1,5 million de tonnes. Cela représente environ 4 100 tonnes de CO2 par jour, soit l'équivalent des émissions d'environ 43'000 voyages en voiture de Zurich à Genève, soit 22'000 vols Zurich-Londres (par personne).

Il existe plusieurs alternatives neutres d'un point de vue climatique. Dans ce contexte, le chauffage de l'eau avec des capteurs solaires semble particulièrement évident. Mais seulement 4,5 % de l'eau chaude a été produite avec cette technologie en 2016. Il appartient aux politiciens de veiller à ce que nous laissions derrière nous les systèmes de chauffage nuisibles au climat.

La balle est actuellement d'une part dans le camp de la Commission de l'environnement et de l'énergie du Conseil national qui discute la loi sur le CO2, et d'autre part dans le camp des cantons qui disposent d'un outil approprié pour le déploiement des énergies renouvelables dans le secteur du bâtiment grâce au Modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MoPEC). 5 cantons ont déjà adapté leurs lois en conséquence, les prochains sont Berne et le Jura.

Le Conseil national et les cantons devraient suivre l'exemple du Danemark, où le remplacement des chauffages au mazout dans les bâtiments existants est interdit depuis 2016. Les systèmes de chauffage au mazout et au gaz ne sont plus autorisés dans les nouveaux bâtiments depuis 2013. Une interdiction complète du chauffage au mazout est également prévue en Norvège à partir de 2020, l'État fédéral de Basse-Autriche interdira les nouveaux systèmes de chauffage au mazout à partir de 2019, ce qui sera appliqué en 2025 pour les bâtiments existants.

[1] Source: Analyse de la consommation énergétique des ménages suisses 2000 à 2016 selon facteurs déterminants et utilisation, OFEN, 2017 (étude en allemand)