19ème Congrès photovoltaïque: L'énergie solaire se déploie en Suisse à une vitesse record

1 juillet 2021

Aujourd'hui et demain, l'industrie solaire suisse se réunira à Berne (et en ligne) à l'occasion du 19e Congrès photovoltaïque national. Le sujet n'est rien de moins que la transformation majeure de l'approvisionnement énergétique suisse qui est en cours. Après le vote serré contre la loi sur le CO2, la Suisse a d'autant plus besoin de mesures rapides et efficaces pour réduire la consommation de combustibles fossiles. Le photovoltaïque (PV) présente de loin le plus grand potentiel de production d'électricité en Suisse. Heureusement, le déploiement de l'énergie solaire en Suisse prend enfin de l'ampleur : l'ajout de nouvelles capacités en 2020 a augmenté de 30 à 39 % par rapport à l'année précédente et atteint ainsi un niveau record*. Cette expansion annuelle doit être multipliée par un facteur 3-4 dans les années à venir.

La Suisse continue de chercher de nouveaux moyens de réduire les émissions de CO2. Les leviers incontestablement importants à cet égard sont l'électrification de la mobilité et du chauffage, qui représentent ensemble plus de la moitié de nos émissions de gaz à effet de serre. Les chiffres de vente en hausse de la mobilité électrique et des pompes à chaleur montrent que ce changement est déjà en cours. Si les chiffres de la consommation d'électricité stagnent actuellement malgré le début de l'électrification, ils sont susceptibles de repartir à la hausse à plus long terme, alors que dans le même temps, l’arrêt des centrales nucléaires doit être compensée.
 
Il existe un large consensus sur le fait que la demande supplémentaire d'électricité en Suisse qui en résulte peut largement être couverte par le photovoltaïque. La nouvelle analyse du cycle de vie du photovoltaïque présentée aujourd'hui va également dans ce sens : en l'espace de dix ans, le bilan CO2 du photovoltaïque a continué de s'améliorer massivement. Les émissions de CO2 sur l'ensemble du cycle de vie ont été réduites de moitié, et un système photovoltaïque fournit 15 à 20 fois plus d'énergie pendant sa durée de vie que ce que sa production a nécessité.
 
Il est largement admis que le rythme d'expansion doit être accéléré. Cela permettra également de créer de nombreux emplois.
 
Les objectifs sont ambitieux : les Perspectives énergétiques 2050+ du Conseil fédéral prévoient une production de 34 térawattheures (TWh) d'électricité solaire par an d'ici 2050, et Swissolar estime que ce chiffre devrait atteindre 45 TWh. On s'accorde à dire que l'augmentation annuelle de la capacité photovoltaïque doit être rapidement multipliée par un facteur de 3 à 4 par rapport à aujourd'hui. Le photovoltaïque n'est pas seulement une opportunité écologique, mais aussi économique et sociale : selon une étude de la ZHAW, une offensive solaire pourrait créer environ 10 000 emplois supplémentaires dans les cinq prochaines années et ainsi soutenir de manière significative la reprise économique après la pandémie de coronavirus.
 
Il faut donc rapidement optimiser les conditions-cadres et renforcer la sécurité des investissements pour que l'immense potentiel des toits et façades suisses soit exploité et que des milliers d'emplois soient créés dans les régions.
 
Principales étapes à venir : équiper rapidement les toits de petite et moyenne taille et augmenter la production hivernale.
 
Le conseiller national Jürg Grossen (GLP) fait ses débuts en tant que nouveau président de Swissolar et montre comment la branche solaire peut mettre en oeuvre cette importante croissance : le développement du photovoltaïque en Suisse se fera principalement sur les toits et les façades des bâtiments. Selon une nouvelle évaluation de Swissolar, les petites et moyennes installations de moins de 150 m2 sur les toits des maisons individuelles et plurifamiliales détiennent près de la moitié du potentiel solaire facilement exploitable.
 
Il est donc prioritaire de créer une sécurité d'investissement pour ces installations en particulier. Un moyen efficace d'y parvenir serait un tarif de rachat minimum de 10 Rp/kWh, comme l'a récemment demandé l'Association des producteurs d'énergie indépendants (VESE).
 
À moyen terme, la production d'électricité en hiver deviendra de plus en plus importante. Les centrales solaires alpines ont une production hivernale nettement plus élevée que celles du plateau - deux présentations du Congrès montrent le potentiel. Un rapport intermédiaire a été rédigé sur le chantier de Muttsee, où la plus grande centrale solaire alpine de Suisse est en cours de construction.
 
Il y a beaucoup à faire : les discussions seront intéressantes
 
Au sein du monde politique, des mesures vont déjà dans le bon sens : la " Loi fédérale sur la sécurité de l'approvisionnement en électricité grâce aux énergies renouvelables " présentée par le Conseil fédéral vise à atteindre une expansion annuelle de 700 MW du photovoltaïque en ajustant les subventions et en apportant des modifications au marché de l'électricité. C'est presque le double de l'expansion actuelle, mais ce n'est pas suffisant. Du point de vue de Swissolar, un ajustement de la part du Parlement est ici nécessaire.
 
Des experts de l'administration, de l'industrie de l'électricité et du secteur solaire discuteront du projet de loi et d'autres questions urgentes lors du 19e Congrès photovoltaïque national, qui se tiendra cette année au Kursaal de Berne. Le Congrès de cette année est organisé dans le respect des mesures de protection, et une retransmission en ligne sera également disponible. Le Congrès est organisé par Swissolar, SuisseEnergie et l'Association des entreprises électriques suisses AES.

> Programme 

--
  *) Estimation basée sur les chiffres disponibles. Les statistiques 2020 sur l'énergie solaire devraient être publiées le 13 juillet 2021.