Les installations photovoltaïques produisent au minimum dix fois plus d’énergie que ce qui est nécessaire à leur production

6. janvier 2017

En se basant sur des calculs discutables, les ingénieurs suisses Ferroni et Hopkirk ont conclu en début d’année 2016, dans un article du journal „Energy Policy“, que les installations photovoltaïques auraient besoin de plus d’énergie lors de leur fabrication que ce qu’elles produiraient sur l’entier de leur durée de vie. Ce taux est appelé ERIO (Energy Return on Energy Invested) en termes scientifiques et a été chiffré par les auteurs à 0.8 pour la Suisse.

Désormais, une nouvelle perspective démontre que Ferroni et Hopkirk se trompent au minimum d’un facteur 10

Lien vers l'article «Energy Return on Energy Invested (ERoEI) for photovoltaic solar systems in regions of moderate insolation: A comprehensive response» 

Cet article a été écrit par 22 auteurs reconnus mondialement dans le domaine des écobilans dans le secteur de l’énergie. Le EROI correct pour les installations photovoltaïques en Suisse s’élève, selon eux, plutôt à 9-10.
Ce nouveau calcul se fonde pourtant sur des valeurs de départ conservatives, par exemple une durée d’exploitation de seulement 25 ans au lieu des 30 ans usuels.

Des prochaines améliorations du bilan énergétique due aux progrès techniques peuvent être attendues (p.ex. amélioration du rendement).

Lien vers l'article «Energy Learning Curves of PV Systems»