Les gestionnaires de réseau doivent corriger leur tarif de reprise

28. novembre 2017

À partir du 1.1.2018, la nouvelle loi sur l’énergie entre en vigueur et ainsi la base légale pour la rétribution minimale de l’injection de courant solaire. Désormais, les coûts de production ou d’approvisionnement des gestionnaires de réseau déterminent la rétribution minimale. Afin d’évaluer si le gestionnaire de réseau respecte les nouvelles dispositions, l’Office fédéral de l’énergie recommande de comparer la rétribution avec les tarifs d’achat d’électricité standard pour ménage. Pvtarif.ch montre qu’aujourd’hui quelques gestionnaires de réseau ne garantissent même pas 50% de leur tarif d’énergie comme rétribution pour l’énergie solaire. Ces gestionnaires sont désormais mis sous pression pour augmenter les rétributions au 1.1.2018.

Même avec la loi sur l’énergie qui entre en vigueur le 1.1.2018, les tarifs de reprise pour l’énergie solaire exercés par les gestionnaires de réseau de distribution resteront très différents et seront donc toujours sujets à discussion. L’association des producteurs d’énergie indépendants VESE gère depuis 2 ans la page informative pvtarif.ch qui recense les tarifs de rétribution de l’injection et les coûts de comptage pour l’énergie solaire des 400 gestionnaires de réseau sur l’entier du territoire suisse.

Ce site internet a été étendu et offre désormais davantage de possibilités. En premier lieu, il inclut désormais un très utile comparatif entre les tarifs d’achat d’électricité pour les ménages et la rétribution de l’injection de courant solaire chez les différents gestionnaires de réseau. Selon les commentaires de l’Office fédéral de l’énergie, ce comparatif peut constituer une base pour la détermination de la rétribution minimale. Comme le montre la carte interactive de pvtarif.ch, quelques gestionnaires de réseau exercent à la fin 2017 des tarifs de reprise extrêmement bas, à hauteur de 40 à 60% des tarifs « ménage ». Ces gestionnaires sont maintenant dans l’obligation d’augmenter leurs tarifs s’ils ne veulent pas être en conflit avec la loi.

pvtarif.ch cartographie aussi désormais la rétribution nette, càd la rétribution après la déduction des coûts du compteur électrique : cette carte montre elle-aussi des différences étonnamment élevées : chez quelques gestionnaires de réseau, les coûts de compteur électrique sont si élevés qu’au final à peine 1 à 2 cts/kWh restent pour les exploitants d’installation. Dans certains cas extrêmes, cette valeur devient même négative. Cela signifie donc que l’exploitant d’installation paie pour pouvoir injecter l’énergie qu’il produit. Le nouveau site internet de pvtarif.ch répertorie en plus d’autres indications comme les taxes à la puissance, les plages horaires de tarification et permet une recherche de texte par commune, code postal et gestionnaire de réseau. Une interface API pour l’automatisation de la demande de données vient compléter la nouvelle offre et établit ainsi pvtarif.ch en tant que source incontournable d’informations tant pour la branche photovoltaïque que pour la politique énergétique.